Chronique film : Le Labyrinthe de Pan

de Guillermo del Toro

Curieux film que ce labyrinthe, pas vraiment qu’on s’y perde, mais on ne sait pas vraiment sur quel pied danser. Fin de la seconde guerre mondiale, un ilôt franquiste cerné par la montagne et les maquisards. Ofelia et sa mère enceinte y rejoignent le nouveau mari de cette dernière, le capitaine cruel et fétichiste des lieux (Sergi Lopez à contre-emploi). La gamine est fascinée par les contes de fées, et, pour échapper à l’horreur de la réalité, se créé un monde fantastique, rempli de créatures tordues, dans lequel elle doit franchir plusieurs étapes afin de prouver qu’elle est une princesse légendaire.

Deux mondes en parallèle donc qui s’entrecroisent. Le film dans son ensemble est vraiment très sombre et violent, dans l’un et l’autre des univers. L’image est d’ailleurs très noire, beaucoup de scènes de nuit, ce qui n’aide pas forcément à apprécier les trouvailles visuelles à leur juste valeur (très jolie transformation d’une mante religieuse en fée notamment). Un vrai travail sur la bande-son enrichit vraiment le film (cricris des fées, couinements de mandragore, une berceuse toute simple, petit bulle de tendresse). On suit tout ça sans ennui, sans non plus une implication émotionnelle énorme. Quelques émerveillements de gosses, et surtout des interrogations sur où tout ça va nous amener…

Je vous livre le fruit de mes réflexions : à la fin, Ofelia, après avoir subi moult épreuves pour retrouver sa nature princière, choisi de se sacrifier pour sauver son petit frère innocent (ben voui, la maman était enceinte souvenez-vous), en parallèle, les maquisards zigouillent tous les méchants franquistes dans un méchant bain de sain. Le monde d’Ofelia ne serait-il pas une métaphore de la guerre qui ravage ? le sacrifice pour sauver des vies innocentes, patati patata ? Bon je sais, c’est légeounet, mais je n’ai pas trouvé mieux. Bref, un joli film, sombre et parfois violent, un chouille bancal, mais de bonne facture.

7 réflexions au sujet de « Chronique film : Le Labyrinthe de Pan »

  1. (SPOILERS) J’ai aussi trouvé le Labyrinthe de Pan violent et déconcertant, mais je crois que cela sert bien le message porté par le film. La violence de la partie réaliste de l’histoire (totalitarisme, guerre, torture, perte de la mère) renforce l’inconsistance, la fragilité du monde imaginaire d’Ofelia, seule échappatoire pour elle. D’ailleurs, ce monde imaginaire est lui aussi bien cruel par moment (fées décapitées, colère du faune), ceci jusqu’à la fin. En tant que spectateur, on s’engage avec Ofelia dans sa quête fantastique mais que l’on sent de plus en plus désespérée. Et en effet, dans la scène finale, l’héroïne est comme rejetée par l’un et l’autre des mondes, réel et imaginaire.
    Requiem magistral pour un rêve, et une imagination. Voilà qui m’a plu en tous cas, sans compter que les cadrages et les couleurs sont effectivement très beaux…

  2. Zut et rezut…

    Je ne suis pas allé le voir mais tous ces êtres fantastiques me font penser à un film pas tout neuf : Cabal, où un jeune homme fait de plus en plus de rêves violents qui en finalité vont le conduire dans un royaume bien réel, Médiane, peuplé d’individus plus fantasmagoriques les uns que les autres, on découvre que ce monde sous-terrain est en réalité peuplé d’innocents qui sont tous percécutés par les hommes que nous sommes avec à la tête un être particulièrement maléfique… Je me souviens avoir été longtemps subjugé par les images et je me les repassais en boucles…
    A voir pour l’imaginaire surdéveloppé du réalisateur…

  3. Message

    Alain : je n’ai justement pas trouvé le message très clair. Et la joliesse visuelle gachée par l’obscurité et la grain quasi permanent de l’image. Ca aurait mérité une photo un peu plus chiadée je trouve. M’enfin, c’est un assez joli film, qui peut vraiment plaire je pense

    J&B : euh interdit aux moins de 12 ans quand même, c’est ultra-violent (scènes de tortures et tout et tout). De là vient peut être le malaise, ni film pour enfants, ni vraiment assez affuté pour être un bon film pour adulte…

    BéKa : je ne connais pas, mais je prends note ! Bienvenue ici et merci

  4. Cabal

    Voila le lien le plus founi en explications sur ce film :http://www.devildead.com/nightbreed/nightbreed.htm?PHPSESSID=560eecadfb5384f019a272af90c492f0 .
    Je viens de me rendre compte (depuis 1991, tout de même) qu’il était classé dans les films d’horreur alors que je ne l’ai jamais vu comme ça..?? Les photos sélectionnées sont d’ailleurs les seules qui pourraient nous le faire croire alors qu’il y a des centaines d’autre images plus « romantiques » brumes, flou, couple, amour, don de soi… Le thème principal et retenu par mes petits neurones est l’intolérance et la dictature par le génocide d’une race entière.

  5. Oups !!!

    Excuse-moi, Anne, je ne t’ai pas remercié pour ton accueil, j’étais un peu fixé sur le film et je n’ai pas « imprimé » les derniers mots…
    Au plaisir de se revoir.

  6. Plutot d’accord en effet

    « On suit tout ça sans ennui, sans non plus une implication émotionnelle énorme. Quelques émerveillements de gosses, et surtout des interrogations sur où tout ça va nous amener… » Exactement. Une fois sortie de la séance, je ne pouvais me résoudre à dire que je n’avais pas trouvé à ce labyrinthe de bonnes qualités, et pourtant, pas moyen de dire que j’avais vraiment aimé. On sort de ce film un peu sceptique, sans savoir vraiment quoi dire, ou quoi penser. Bien oui, qui vous accroche aux sentiments, non. On n’y entre jamais tout à fait, finalement, dans ce labyrinthe, et même quelques semaines après, je ne sais trop quoi en penser vraiment. Le film n’est pas assez aiguisé, mais ne tombe pas non plus dans l’excès de facilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.