Chronique livre : La Traîne-Sauvage

de Rosine Crémieux et Pierre Sullivan.

Chronique publiée initialement dans le numéro 29 de l’indispensable Revue Dissonances.

la-traine« Traîne-sauvage » est le terme désignant un type de luge au Canada. Tout commence ici par un quiproquo, une erreur d’interprétation. Pierre Sullivan est le collaborateur de Rosine Crémieux, infirmière résistante dans le Vercors puis déportée en 1944 à Ravensbrück avant de devenir une grande figure de la psychanalyse de l’enfant.

« Pourquoi m’avoir laissée entre les deux étapes, trop avancée pour retourner vers cette vie de jeune fille calme et tranquille, pas assez cependant pour pouvoir me reposer ? »

Quand il évoque devant elle la traîne-sauvage, Rosine Crémieux visualise immédiatement les trains de la déportation. Son passé, elle l’a enfoui, peu désireuse de faire porter aux autres le fardeau de son expérience. Mais voilà que les conversations avec Pierre Sullivan font ressurgir les souvenirs.

« J’aime la manière dont vous racontez ; les blancs, les imprécisions ne me gênent pas. »

Hors du cadre de la psychanalyse, une correspondance se met en place, la parole de l’un active la plume de l’autre et cette conversation ramène à la surface des bribes éparses du passé. La vivacité et l’énergie de Rosine Crémieux tiennent à distance le pathos et cette archéologie de la mémoire, désordonnée, bousculée, presque diffuse, bouleverse par sa volonté farouche de ne rien démontrer et de laisser au lecteur l’espace nécessaire à la construction de sa propre expérience. Rosine achève son chemin littéraire par le très beau

« Nous avons bien terminé ce voyage ensemble »

mais il ne faut pas s’y tromper : pour le lecteur le voyage ne fait que commencer.

Ed. Signes et Balises

Chronique livre : Minsk cité de rêve

d’Artur Klinau.

J’aimais observer les façades de la Ville Jaune, y repérer des absurdités invisibles pour le passant pressé, mais manifestes pour quelqu’un qui étudiait la logique de l’architecture.

minskChers lecteurs. Les livres inachevés s’empilent sur ma table de nuit. Mes auteurs et mes éditeurs préférés me tombent des mains. Je baille d’ennui au bout de quinze pages si l’étincelle n’a pas déjà eu lieu. Non non, ne vous méprenez pas. La littérature n’est pas morte. Je n’ai juste pas la tête à ça en ce moment. Aussi quand une petite pépite me tombe dans les mains et me passionne de bout en bout, la surprise n’en est que plus éclatante et mérite que je me fende d’un petit billet.

Nouvelle publication de la toute jeune mais déjà grande maison d’édition Signes et balises, Minsk cité de rêve séduit d’abord par son petit format pratique, son esthétique épurée, la douce couleur de son papier (légèrement jaune comme la ville elle-même ?). Puis la découverte, une petite vingtaine de photos pleine page, disséminées dans le texte, de la ville de Minsk. Que voulez-vous, moi les images dans le texte, depuis que je suis toute petite, ça me fait craquer. Je cherche à reconstituer l’histoire par anticipation en sautant d’une illustration à l’autre, Jules Verne, Théophile Gautier et la Comtesse de Ségur, ils y sont tous passés à la moulinette de mes réinventions romanesques anticipées. L’exercice est bien entendu un peu plus acrobatique avec le magnifique Minsk cité de rêve. Entrecroisant dans de courts chapitres souvenirs et histoire de la ville, l’auteur emmène le lecteur dans une déambulation dans le temps et dans l’espace. La ville de Minsk se construit et prend vie sous nos yeux, de son architecture à ses habitants, de sa géographie à ses histoires. Travail d’orfèvre, le texte construit, déconstruit, reconstruit patiemment chaque recoin de la ville dans une prose poétique et entêtante.

J’aimais rechercher dans le texte de cette ville les étranges messages chiffrés qu’une main inconnue avait composés à l’intention d’un lecteur inconnu.

Artur Klinau joue des répétitions et du martèlement dans cette Cité du soleil située dans le Pays du bonheur. C’est un discours lancinant qu’on lui a appris, il y a du soleil au Pays du bonheur et on est heureux dans la Cité du soleil. Les Palais y sont majestueux, les places immenses, les statues fantastiques et les parcs accueillants. Mais progressivement, le discours et les murs se fissurent, le labyrinthe se complexifie. Il y a quelque chose du nouveau roman dans cette manière d’aborder la ville par sa géographie et son architecture. Mais pourtant ici il n’y a pas volonté de perdre, mais plutôt de révéler. Les façades et les moulures deviennent discours politique, l’éclat de leur face et surtout le délabrement de leur pile. Je ne vous en dit pas plus, je préfère vous laisser découvrir.

Passionnant, magnifiquement écrit et traduit, d’une rare intelligence, Minsk cité de rêve est une lecture salutaire et indispensable. Alors, qu’est ce qu’on fait maintenant ?

Ed. Signes et Balises.
Trad. (du russe) Jacques Duvernet.

Chronique livre : L’histoire de Daniel V.

de Pierre Brunet.

histoirededanielV800C’est toujours un très grand plaisir de découvrir une maison d’édition toute jeune et déjà pleine de très belles promesses.

L’histoire de Daniel V., deuxième publication de cette maison, est une petite merveille. Pierre Brunet a vécu la guerre d’Algérie. De cette période, il garde le souvenir d’un ancien camarade, Daniel V. A peine croisé quelques jours, Daniel et son histoire ont pourtant eu des répercussions durables sur l’auteur. Des années plus tard, il se souvient et essaie de reconstituer le puzzle de cette très courte vie, à la fois à partir de ses souvenirs propres ou de choses racontées. Continuer la lecture de Chronique livre : L’histoire de Daniel V.