Chronique livre : Anguille sous roche

d’Ali Zamir.

Oh, la terre m’a vomie, la mer m’avale, les cieux m’espèrent, et maintenant que je reprends mes esprits, je ne vois rien, n’entends rien, ne sens rien, mais cela ne pèse pas un grain puisque je ne vaux rien, (…)

anguillesousrocheAnguille sous roche permet au lecteur curieux de réviser sa géographie et ce n’est pas la moindre de ses qualités. Ali Zamir vient des Comores, il est jeune, très jeune même, et telle l’anguille, se faufile avec aisance dans la littérature en langue française, avec ce projet d’une grande ambition et d’une maîtrise tout à fait remarquable.

Une jeune fille se noie dans l’océan, elle s’appelle Anguille, et entre deux clapots nous raconte son histoire, ce qui l’a menée aux portes de la mort dans les eaux obscures où tant ont déjà péri. Dans un souffle, une phrase unique, Anguille affirme sa force et sa liberté de femme, envers et contre tous, la société, la famille.

Ce qui est magnifique dans Anguille sous roche, c’est cette langue unique, foisonnante, qui donne à entendre des voix peu entendues jusqu’à présent et qui ont pourtant des choses à dire et affirmer. Entre virtuosité échevelée et sens de l’expression populaire, Ali Zamir nous offre une langue fabuleusement colorée, vivante, une langue en mouvement. L’univers qu’il réussit à décrire ne manque pas d’intérêt non plus, personnages forts, tous remarquablement dessinés, géographie urbaine fascinante.

Mais ce qui met le lecteur KO, c’est clairement cette énergie qui dévaste tout, cette manière d’aller de l’avant, de « rentrer dedans » sans se poser de question. J’ai pensé souvent à la très différente mais tout à fait fabuleuse écriture d’Emmanuelle Bayamack-Tam, dans cette façon dévorante d’avancer,  ce raz-de-marée d’énergie et de force vitale qui déborde de partout.

Anguille sous roche est une magnifique découverte et une très bonne nouvelle pour la langue française, elle n’est pas morte, elle est vivante, elle bouge encore.

(…) mon père Connaît-Tout croit vraiment connaître tout (…)

Ed. Le Tripode.

Chronique livre : L’ancêtre

de Juan José Saer.

De ces rivages vides il m’est surtout resté l’abondance du ciel.

lancetreC’est par cette phrase magnifique que commence L’ancêtre, étrange et fascinant roman argentin. En 1515, des bateaux quittent l’Espagne pour atteindre les Amériques. Mais l’équipage est décimé par des indiens cannibales. Ceux-ci ne sauvent qu’un jeune mousse orphelin, qui restera pendant plus de 10 ans avec cette tribu avant d’être rendu à un nouvel équipage de passage. C’est ce garçon qui, des années plus tard nous écrit son histoire. Continuer la lecture de Chronique livre : L’ancêtre