Chronique livre : M pour Mabel

d’Helen Macdonald.

L’autour avait empli la maison de sauvagerie comme un vase de lys l’emplit de son parfum. Tout pouvait commencer.

mpoumabelDeuxième livre lu dans le cadre du Prix du roman Fnac 2016 et en attendant la lecture des trois suivants, M pour Mabel sera sans doute la surprise la plus inattendue du lot de cinq. Derrière son titre, sa couverture et son éditeur sur lesquels je n’aurais pas misé un kopek, M pour Mabel m’a en effet embarquée, surprise, déroutée.

Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé le fait de ne pas vraiment savoir ce que je lisais. Biographie de l’écrivain T. H. White, essai sur la fauconnerie, autobiographie d’une période de deuil dans la vie d’Helen Macdonald, M pour Mabel se joue des genres. J’aime cette manière de considérer la littérature de manière globale, multi-directionnelle, comme un objet qui dépasse les frontières. L’auteur se moque des conventions, a plein de choses à nous raconter et le fait comme elle l’entend. Son cerveau crée des liens, des passerelles entre les choses, les êtres, la nature, la littérature et nous invite à la suivre. Tout ça est d’une immense liberté.

Plutôt bien traduit, M pour Mabel séduit surtout pour les scènes d’apprivoisement mutuel entre l’auteur et son rapace, Mabel. Sujet totalement exotique pour moi et grande découverte, cet apprentissage fascine. Helen Macdonald saisit le moindre frémissement de plume, le plus petit mouvement de bec de son autour, en même temps que ses angoisses et ses exaltations. On est également passionné par cette histoire de la fauconnerie qui irrigue le roman, surgissant de-ci de là et soulevant réflexions et prise de recul sur cette activité qu’est la fauconnerie et qui est aujourd’hui reconnu patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO.

Parfois un peu mal fichu, un peu longuet, M pour Mabel remporte pourtant sans aucun problème le bout de gras (ou plutôt de lapin), par son étrangeté, sa singularité, l’ouverture sur ces mondes inconnus. Franchement, une bien belle surprise.

Ed. Fleuve éditions
Trad. Marie-Anne de Béru

Chronique livre : Vera Kaplan

de Laurent Sagalovitsch.

verakaplanPremier livre lu dans le cadre du Prix du roman de la Fnac 2016, Vera Kaplan fait partie de ces romans très perturbants pour le critique. Bien écrit, concerné, irréprochable, Vera Kaplan laisse peu de prises, d’aspérités auxquelles s’accrocher.

Basé sur une histoire vraie, aussi terrible que fascinante, le roman endosse la parole de Vera Kaplan. La jeune femme est belle, désirée, juive. On est dans les années 40, à Berlin. Pour sauver ses parents de l’enfer des camps, elle collabore avec la Gestapo et traque les Juifs qui ont réussi jusque-là à échapper aux nazis. Le roman commence par la parole du petit-fils de Vera qui découvre, après la mort de sa mère, l’existence et les écrits de sa grand-mère. Laurent Sagalovitsch utilise un procédé d’aller-retours entre le récit du petit-fils et les écrits de sa grand-mère, mise à distance/coeur de la bête.

Tout ça est bien fait, bien écrit, profond, délicat, pudique juste ce qu’il faut. Irréprochable donc. Mais du coup, on s’ennuie un peu. Face à la force du sujet, vertigineuse, on attend le vertige, pas la ouate policée d’une mise à distance trop prononcée. En déléguant la parole entièrement à ses personnages, Laurent Sagalovitsch semble un peu absent de son propre livre. Recommandable certes oui, mais sans ébouriffement.

Ed. Buchet/Chastel
Coll. Qui vive

Chronique livre : Anguille sous roche

d’Ali Zamir.

Oh, la terre m’a vomie, la mer m’avale, les cieux m’espèrent, et maintenant que je reprends mes esprits, je ne vois rien, n’entends rien, ne sens rien, mais cela ne pèse pas un grain puisque je ne vaux rien, (…)

anguillesousrocheAnguille sous roche permet au lecteur curieux de réviser sa géographie et ce n’est pas la moindre de ses qualités. Ali Zamir vient des Comores, il est jeune, très jeune même, et telle l’anguille, se faufile avec aisance dans la littérature en langue française, avec ce projet d’une grande ambition et d’une maîtrise tout à fait remarquable.

Une jeune fille se noie dans l’océan, elle s’appelle Anguille, et entre deux clapots nous raconte son histoire, ce qui l’a menée aux portes de la mort dans les eaux obscures où tant ont déjà péri. Dans un souffle, une phrase unique, Anguille affirme sa force et sa liberté de femme, envers et contre tous, la société, la famille.

Ce qui est magnifique dans Anguille sous roche, c’est cette langue unique, foisonnante, qui donne à entendre des voix peu entendues jusqu’à présent et qui ont pourtant des choses à dire et affirmer. Entre virtuosité échevelée et sens de l’expression populaire, Ali Zamir nous offre une langue fabuleusement colorée, vivante, une langue en mouvement. L’univers qu’il réussit à décrire ne manque pas d’intérêt non plus, personnages forts, tous remarquablement dessinés, géographie urbaine fascinante.

Mais ce qui met le lecteur KO, c’est clairement cette énergie qui dévaste tout, cette manière d’aller de l’avant, de « rentrer dedans » sans se poser de question. J’ai pensé souvent à la très différente mais tout à fait fabuleuse écriture d’Emmanuelle Bayamack-Tam, dans cette façon dévorante d’avancer,  ce raz-de-marée d’énergie et de force vitale qui déborde de partout.

Anguille sous roche est une magnifique découverte et une très bonne nouvelle pour la langue française, elle n’est pas morte, elle est vivante, elle bouge encore.

(…) mon père Connaît-Tout croit vraiment connaître tout (…)

Ed. Le Tripode.

Chronique livre : Last love parade

de Marco Mancassola.

Le dernier grand récit, celui du plaisir, approche de son crépuscule.(…) La rave numérique en lieu et place de celle des corps.

lastloveparade2A l’origine, c’est l’histoire d’un malentendu. Parce que vous voyez, musicalement parlant je suis plutôt du genre éclectique. Mais s’il y a quelque chose qui, non seulement me passe au dessus de la tête, mais qui aurait tendance à me pousser à m’abonner à Boules Quiès mag’, c’est bien la dance, la techno, tout ce fatras de synthés et boîtes à rythmes auquel, soyons honnêtes, je n’y comprends nib.

Un malentendu donc, puisque j’ai acheté ce livre sur le nom de son auteur sans trop me soucier de son contenu. Et pourtant. Loin de fermer l’ouvrage dès la première page et la contemplation de ma monumentale bourde, j’ai persévéré. Remarquez bien que je n’ai pas eu trop à me forcer. Nom de Zeus, mais qu’est-ce qu’il écrit bien ce type (et mention spéciale au traducteur). Mais que c’est beau, et intelligent.

Last love parade, c’est donc à la fois un essai sur l’histoire des musiques électroniques et de phénomènes culturels associés (rave, clubbing et ecstasy pour être très caricaturale), mais également le récit de la vie de l’auteur, son amitié avec Leo, leurs pérégrinations à travers le monde à la recherche de la fête idéale. L’équilibre entre les deux récits est presque parfait. Mancassola réussit ses aller-retours entre l’observation à distance du phénomène électro et son expérience vécue du phénomène.

Ce qui est tout à fait magistral dans ce livre c’est sa manière incroyable de sentir vivre, vibrer la musique à travers les mots de l’auteur. Que ce soit dans l’analyse de la musique, du phénomène ou dans sa propre vie, l’auteur extirpe les rythmes, fait suer les phrases, magnifie la pureté d’un son, transe la littérature. Qu’on soit sensible ou non à ces sons, à cette culture (oui, parce que c’est vraiment un culture, mea culpa), on est happé par tout ça, on est amené à sentir, à ressentir plus qu’à comprendre. C’est un tour de force sensuel.

Last love parade exsude également une profonde mélancolie. Marco Mancassola replace autant que possible les évolutions des musiques électroniques dans l’Histoire, le contexte économique, social, politique. Le constat final, bien que sans amertume ni passéisme, est plein de nostalgie. Le dernier grand récit, celui du plaisir, approche de son crépuscule, dit-il. Les manifestations collectives de l’exultation des corps disparaissent avec l’avénement du numérique et l’individualisation de la société.

Essai historique, politique et sensoriel, Last love parade m’a fait découvrir un monde, lequel, même si je n’y appartiens pas un brin, mérite qu’on s’intéresse à lui. Intelligent, émouvant et sublimement écrit, ce récit par sa grande liberté intellectuelle et stylistique fait mouche.

C’est alors qu’elle est arrivée… Une vague de silence dense, stupéfait et idéal comme je n’en avais jamais entendu. La stupeur retrouvée du monde. La lumière de l’aube jaillissait, et j’étais un homme de trente-sept ans. Le silence recouvrait tout. C’était un son magnifique.

Ed. La dernière goutte
Trad. Vincent Raynaud

 

Chronique livre : Mourir et puis sauter sur son cheval

de David Bosc.

Sans être tout à fait paranoïaque, je reçois comme des brimades personnelles bien des interdits, (…).

mouriretpuissautersursoncheval

On se souvient de David Bosc empoignant fougueusement la vie de Gustave Courbet, personnage lumineux et truculent de la peinture française, dans La Claire fontaine. Il revient ici, s’inspirant très librement de la vie d’une artiste espagnole.

Mais la nuit noire que j’aime tant, je sais qu’ils voudront la bannir à jamais, qu’ils combleront les espaces indécis, les zones sans maître ni destination.

On retrouve donc le goût de l’auteur pour la figure de l’artiste. Mais dans Mourir et puis sauter sur son cheval, David Bosc semble avoir choisi la voie de l’ombre plutôt que celle de la lumière. Sonia, l’artiste espagnole, meurt dès les premières pages, en se jetant nue par la fenêtre de l’appartement de son père. Le livre est constitué ensuite du journal de Sonia. La jeune femme est une sorte de double négatif de Gustave Courbet et ses élans de vie incontrôlables ne cadrent pas avec les codes de la société.

Il me semble que d’avoir toujours eu deux ou trois langues atténuait un peu pour moi la tyrannie du langage. Très tôt j’ai reconnu en lui le serpent qui entrave les tout petits enfants.

Sans doute moins immédiatement séduisant que La Claire fontaine, plus sombre, décousu et morcelé, Mourir et puis sauter sur son cheval regorge pourtant de fulgurances, de mystères, de pulsions débordantes, explosant dans  une écriture charnelle et sensorielle, qui, tout comme Sonia, résiste à l’enfermement de la définition et de la classification. Et ça, c’est forcément passionnant.

Ed. Verdier