Chronique livre : La princesse de Clèves

de Mme de La Fayette.


Pour savoir de qui sont ces oeuvres, clique image.

« Je suis vaincue et surmontée par une inclination qui m’entraîne malgré moi. »

Lorsqu’à l’âge de seize années révolues, l’éducation nationale m’obligea la lecture de La princesse de Clèves, j’enrageais et baillais moult. Le cheveu gras-mouillé, l’odeur nauséabonde et le manque d’allant chronique de la dame mandatée pour ouvrir nos esprits aux beautés de la littérature française et de la Carte du Tendre ont probablement contribué à l’image terne et désuète imprimée en ma tête de ce petit ouvrage. J’étais loin de me douter en ces temps anciens que, quelques quatorze années plus tard, lire la Princesse de Clèves constituerait un acte de résistance, voire de désobéissance civique aux recommandations gouvernementales (en prenant le temps de lire, on oeuvre moins, c’est indubitable).

En relisant donc les (més)aventures de la très vertueuse Melle de Chartres, il apparaît de manière lumineuse les raisons de cette haine et malfaisance envers cet ouvrage. La langue de Mme de La Fayette, pour précieuse qu’elle soit, n’en est pas moins parfaite : elle manie des tournures de phrases complexes avec une délicate adresse. Ici, point de familiarité, de facilités de langage, de raccourcis expéditifs, mais des méandres verbaux à l’aune des sentiments troubles de la princesse. Mme de La Fayette fût sans doute aucun une exquisément fine lettrée, et historienne de talent. L’action se déroule sous le règne d’Henri II, et après quelques recherches superficielles, l’exactitude historique du contexte du roman ne fait aucun doute. Langage châtié, culture insolente, voilà effectivement de quoi faire grincer les maxillaires présidentielles.

Cependant, le plus horripilant pour un esprit peu délié, réside probablement dans l’immense rigueur morale de son héroïne. Mariée par raison, et dévouée à son époux, elle se refuse à l’homme qui l’aime et qu’elle aime. Même le décès de son mari ne pourra venir à bout de sa fidélité, elle se meurt de langueur par droiture. En nos temps où un remariage peut être célébré à peine quelques mois après un divorce, cette grande austérité janséniste et cette immense maîtrise de soi a de quoi agacer.

Pour ne pas masquer mes sentiments profonds, je dois révéler à mes lecteurs que pour admirable qu’il soit, le comportement emprunté de la princesse de Clèves, imprime en moi la sensation que cette belle personne est tout de même très quiche. Mais les jugements moraux n’ayant point de place dans l’analyse littéraire, on ne peut que conclure avec émotion à la beauté de cette oeuvre de Mme de La Fayette, la richesse de son style et la délicatesse des sentiments exposés. Précurseur du roman moderne, quel plus beau cadeau à faire à des collégiens, lycéens ou étudiants que l’étude de ce petit joyau précieux et raffiné ?

2 réflexions au sujet de « Chronique livre : La princesse de Clèves »

  1. La pôvrette ne succombe pas et se meurt de langueur… La Présidente de Tourvel succombe et meurt dans un couvent Deux conceptions similaires au bout du compte… Hum… « Lâche-moi » me va bien, tu as raison Trinity ))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.