Chronique théâtre : La Mastication des morts

de Patrick Kermann.


Tire lui l’oreille avec la souris pour vérifier qu’il est bien mort.

Très beau texte que ces mastications. Kermann réveille les morts d’un petit cimetière de campagne pour écouter ce qu’ils ont à dire. Et ils en ont des choses à dire : des choses qu’ils n’ont jamais osé dire, propos qu’ils ressassent à l’envie, des comptes à régler, des aveux à faire. Entre les générations, entre les familles, des liens se tissent. C’est à la fois très drôle et poignant d’écouter ces paroles : souvent dérisoires (genre « Mais où j’ai bien pu mettre mes clés »), émouvantes ou sordides, presque toujours écrites comme les gens parlent.

C’est assez fascinant de reconstituer le puzzle de la vie de ce village, de voir comment la nouvelle génération de Bigot a réussi à déjouer la bigoterie des ancêtres, de découvrir qui a, en fait, trafiqué la solex, de plaindre le soldat allemand, qui a eu la malchance de mourir là, en terre ennemie. C’est brillamment écrit, rythmiquement impeccable, beau et triste comme la vie. Kermann a mis fin à ses jours un an après avoir écrit La mastication des morts. Un sujet qui le tenaillait donc.

Photo prise au minuscule mais très intéressant Musée François Rude, à Dijon.

3 réflexions au sujet de « Chronique théâtre : La Mastication des morts »

  1. j’ai vu cette pièce à la chartreuse de villeneuve montée par Solange Oswald (j’avais un copain qui jouait dedans )c’était vraiment extraordinaire , on était dans le noir c’était la nuit en plein air, une tombe s’allumait et quelqu’un racontait son histoire, c’était des fois drôle ,émouvant flippant.Ce texte est vraiment magnifique.
    C’est un type que la mort habitait vraiment ,il était en résidence à la chartreuse quelques années avant et il en parlait souvent et il parlait déjà de la poutre à laquelle il allait se pendre, personne n’y croyait vraiment et c’est à cette poutre que quelques années plus tard ( 4 ou 5) il a mis fin à ces jours … Terrifiant .
    « Positif Raymond ! » (Tu te souviens ?)

  2. Chartreuse

    Contini1 : tu en as de la chance ! Oui c’est une pièce fantastique. Merci pour l’histoire, je ne connaissais pas ces détails. Très émouvants. Merci Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.