Chronique film : Mary et Max

d’Adam Elliot.


Tout le monde ne voit pas le monde de la même façon.
Surtout derrière un oeilleton.
Clique.

Arf, un peu mal à l’aise pour parler de ce film, tant on sent qu’Adam Elliot est plein de bonnes intentions. Il adapte une belle histoire vraie et émouvante au moyen du film d’animation, en pâte à modeler pour être précise. Il essaie à tout prix de créer son univers à lui en s’éloignant de tous les standards mielleux Disneyiens. C’est fort louable comme intention.

Le monde qu’il créé est cradasse, maronnasse ou grisâtre, déglingué. Rien n’est joli dans le film, rien n’est propre. Les animaux louches, les personnages sont tous plus vilains les uns que les autres (bouarf la mère, ou la voisine de Max…). Pourquoi pas me direz-vous ? Le problème justement, c’est qu’on ne voit pas justement pourquoi créer cet univers aussi laid afin de raconter cette histoire qui est plutôt jolie et positive. Pour vanter la beauté des laids ou de la différence, il faut que justement cette différence existe. Les personnages ici sont finalement comme tous les autres. Le changement de tonalité de l’image entre New York (gris) et l’Australie (sépia) n’apporte pas grand chose, et le fait de colorier uniquement les objets rouges est une agression visuelle supplémentaire loin d’être essentielle. Elliot a donc bien clairement un projet visuel pour son film, mais pas le bon. Il y a pourtant moyen de sortir des sentiers battus de la joliesse en animation de manière pertinente, citons en vrac certaines scènes du magnifique Coraline, ou les films de Suzie Tempelton, ou encore Starewitch.

L’univers d’Adam Elliot n’est carrément pas mon truc, mais pour en rajouter une couche, Mary et Max n’est pas un grand film de cinéma. Ce n’est presque pas un film d’abord, mais plutôt un livre d’images, une succession de tableaux expliqués par une voix-off permanente. Il n’y a quasiment aucun dialogue, la voix des héros n’est entendue qu’au travers des lettres qu’ils s’écrivent. Encore un parti pris, et encore un mauvais choix. Le film, sans dialogue, est pourtant très bavard, et finalement très peu animé. C’est une succession de saynètes, pleines d’anecdotes décalées. Il y a de l’imagination certes, et quelques trouvailles. Mais on se dit qu’il aurait suffi d’une bonne bande dessinée pour arriver à ce résultat. Elliot ne fait pas assez confiance en le pouvoir de l’animation et dans l’intelligence du spectateur. Tout est très appuyé, pour qu’on comprenne bien tout, et ça en devient très lourd, jusqu’à anéantir l’énorme potentiel émotionnel de cette histoire.

Elliot s’est donc clairement foutu dedans, malgré ça, on peut saluer ses choix radicaux. Bien que ratés.

4 réflexions au sujet de « Chronique film : Mary et Max »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.