Chronique livre : La Guerre et la Paix

de Léon Tolstoï.

IMG_3678ret450

Ahhh tu fais le malin ?
Dis moi de quel film est tiré ce photogramme.
Clique pour mieux voir.

Yipiha, me voilà enfin venue à bout de La Guerre et La Paix après de multiples tergiversations. Non pas que le roman soit barbant, bien au contraire, mais il y a là une pavasse tout de même très conséquente. J’avoue me sentir beaucoup plus à l’aise dans l’univers de Tolstoï que de Dostoïevski : plus romanesque, frontal, moins psychologique et torturé, même si je reconnais que le style de Tolstoï, pas aussi flamboyant que celui de Dostoïevski, est essentiellement tourné vers l’efficacité.

Car c’est une des qualités premières de ce livre : il est bougrement efficace. Malgré ses 1500 pages, ses dizaines de personnages, ses multiples rebondissements, on n’est jamais perdu. Grâce à un art du portrait incroyable, Tolstoï réussit à donner vie à tous ses protagonistes, même les plus minimes. On oublie alors la complexité des noms russes pas toujours simples à mémoriser pour reconnaître tel ou tel personnage par un détail qui l’identifie d’un seul coup d’oeil. Telle princesse a la lèvre ourlée, telle autre un sourire radieux. Tel prince baisse le bras gauche, tel autre a le regard perdu. Le système peut paraître répétitif, mais permet donc de ne pas s’interroger en permanence sur le qui est qui. Se débarrassant par conséquent d’une des grandes difficultés des grandes épopées, Tolstoï réussit à déployer sa version de la période 1807-1812 avec un extraordinaire ampleur. Il effectue un va et vient constant entre scènes de guerre et scènes de la vie civile, permettant de donner visage humain aux soldats et autres chefs de guerre dont nous croisons la route.

Loin de glorifier les victoires militaires, Tolstoï fait preuve d’une grand lucidité dans ses descriptions, sans concession. Il minimise le libre-arbitre, et conçoit l’Histoire avec déterminisme. On retient de tout ça l’immense talent de Tolstoï pour raconter l’Histoire et lui donner un visage humain. Passionnant. Un classique.

3 thoughts on “Chronique livre : La Guerre et la Paix”

  1. Un visage humain la guerre ? c’est nouveau ?

    Posté par Gérard, 08 août 2010 à 23:04
    ?

    Gérard : euh non c’est pô vraiment ce que j’ai voulu dire. Faut p’tet que je change ma phrase…

    Posté par Anne, 08 août 2010 à 23:34
    Voila mais jeunes années de lecture qui reviennent sur fond de Vodka.
    Ah ce Gérard, il n’en rate pas une!

    Posté par philippe, 10 août 2010 à 09:32
    EN RATER UNE

    Philippe : Gérard est indébranchable et c’est très bien !

    Par contre tout ça ne me dit pas de quel film vient la photo. MMM ?

    Posté par Anne, 12 août 2010 à 21:39
    APPEL GÉNÉRAL !

    Bon chers commentateurs, vous êtes un peu mous du clavier sur l’identification du photogramme ! Alors non, ce n’est pas Laurence d’Arabie. mais je suis sûre que vous pouvez trouver.

    C’est culte pour toutes les petites filles et adolescentes nées entre 1955 et grosso modo 1980. Je doute que ça suscite les mêmes émois aujourd’hui qu’à l’époque !

    Posté par Anne, 15 août 2010 à 16:59
    En effet, ce genre d’article gagne à être connu sur le web, merci de faire partager votre avis sur Tolstoï Je me rappelle d’une phrase dans Guerre et Paix dans laquelle Anna, recevant du monde, est comparée à un maître d’hôtal présentant ses invités comme on présente des morceaux de viande. La comparaison est tout simplement merveilleuse : Auriez-pensé une seule seconde à comparer deux individus à deux morceaux de viande servis à table par la maîtresse de maison ?

    Posté par Greg, 19 août 2010 à 09:29
    ARTICLE

    Greg : j’en suis toute gênée. Merci beaucoup

    Posté par Anne, 02 septembre 2010 à 19:44

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.