Chronique livre : Le garçon incassable

de Florence Seyvos.

legarconincassableAyant lu ce roman il y a déjà plusieurs semaines, sans avoir eu le temps de vous en parler, je ne disserterai pas longtemps sur Le garçon incassable. Mais je voulais tout de même vous en glisser un mot car ce livre est un vrai petit bijou, hyper juste et touchant.

Florence Seyvos met en parallèle deux destins, les vies de deux garçons qu’absolument tout oppose. D’un côté, Buster Keaton, le garçon élastique, sur scène dès son plus jeune âge à faire tours et cabrioles violentes avec son père. De l’autre, Henri, le frère par alliance de la narratrice, infirme moteur cérébral, dont la vie est un combat quotidien contre lui-même, son corps qui se refuse, le monde autour de lui qui se dérobe à sa compréhension et qu’il essaie de faire plier à ses rituels.

Rien de commun entre Henri et Buster, à part sans doute une force inouïe née de leur singularité à être au monde. Il y a dans Le garçon incassable des scènes absolument bouleversantes, comme quand Henri essaie d’aller au cinéma, attend patiemment son tour à la caisse et incapable de s’imposer, laisse passer plusieurs séances sans jamais se décourager. Le roman est toujours très juste dans sa description des attitudes, des situations. Florence Seyvos a réussi à trouver la bonne distance dans son écriture, et une énergie qui lui permet de ne jamais sombrer dans le pathos. Un très beau roman, incassable.

Ed. Editions de l’Olivier

Une réflexion sur « Chronique livre : Le garçon incassable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.