Chronique livre : La Reine de la Nuit

de Marc Behm
Editions Rivages Noirs

Pourquoi ça m’a tenté ?
En ce moment, un grand magasin culturel (dont le nom comprend quatre lettres, commence par un F et finit par un C), propose une sélection de ses polars préférés. Parmi eux, la Reine de la Nuit. Les employés de la F..C, qui choisissent les sélections et autres coups de cœur, notamment en littérature étrangère, sont en permanence bien inspirés et ont mon éternelle reconnaissance pour différents opus qui ont bouleversé (ben oui, jusque là) ma vie, ou du moins ma façon de l’aborder. Attirée par la couv’, la collection (Rivages Noirs), et surtout la quatrième de couv’, je me suis une fois de plus laissée tenter. Et bien m’en a pris.

Quoi qu’y a dedans ?
Dans les années 30 (et au-delà), une jeune fille allemande et érudite (Edmonde), un peu trop tôt orpheline pour s’être forgée une éthique à toute épreuve, se trouve embrigadée dans les SA, puis les SS. Elle traverse la vie, la guerre, croise de piteux personnages historiques et porte sur tout ça un regard distancié et désabusé, non dénué d’humour. Bien sûr de l’humour dans un livre où il y a des scènes de torture par la Gestapo, on rit jaune et on est très mal à l’aise dans nos pantoufles, vous vous en doutez bien.

Pourquoi c’est bien, voire même excellent ?
Edmonde est un personnage fort peu sympathique, malgré elle et à cause d’elle. Elle traverse la guerre grâce à son égoïsme forcené et son instinct de survie. Elle est évidemment abjecte, mais quelques éclairs d’humanité et de décence la font parfois sortir de « l’aveuglement de survie » qu’elle s’est forgé. Elle est un protagoniste actif d’une Histoire qu’elle n’a pas choisi, de l’utopie désaxée d’un homme fou, de l’assoupissement d’un peuple entier. Edmonde, à notre époque, aurait été notre voisine de palier, tout à fait vivable, un peu brutale peut-être, au cynisme noir, et pas toujours très sain, mais bon, quelqu’un de très fréquentable tout de même. Bref, ce personnage nous renvoie évidemment à nous même, et au fameux « Qu’aurions nous fait si… ? » « Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt ? » (ouh là je m’égare). Ce roman pose un visage sur le nazisme, abolit les distances à l’Histoire, fait tomber les barrières et nous balance en pleine poire notre statut de juge-voyeur face à ce passé, pas si lointain que ça.

Ce qui empêche ce roman d’entrer dans mon Panthéon (mais peut-être pas dans le votre)
Tout d’abord il faut avouer qu’il y a tromperie sur la marchandise. La Reine de la Nuit n’a rien d’un polar, c’est un roman, une fiction sur fond historique. Vue la qualité, on s’en fiche un peu, mais il ne faut pas chercher ici d’intrigue policière.
Ensuite, Marc Behm a dû avoir une violente poussée (enfin des violentes poussées) de testostérone durant l’écriture de La Reine de la Nuit. En effet, son héroïne est lesbienne (jusqu’ici tout va bien), et elle a une vie sexuelle intense,  intensément décrite (jusque là tout va encore bien), mais surtout, elle est décrite de manière toute masculine, et là, j’avoue que ça coince (ben voui, chuis une fille). On ne compte pas le nombre de fois où l’héroïne « empale de sa langue », « enfoncée bien profond », combien de fois elle « explose de jouissance » etc. etc. En gros, pas de subtilité ni d’érotisme émoustillant (pour moi, mais les mecs auront peut-être un avis tout différent) dans les scènes de sexe. Et c’est ballot quand même.

En conclusion
La Reine de la Nuit est un roman hautement prescriptible, qui se dévore de bout en bout. La fin est sublime, monstrueuse et terrifiante de folie humaine et console des quelques faiblesses précédemment citées. Quant à savoir si ça finit bien ou mal, je vous laisse seuls juges.

7 réflexions au sujet de « Chronique livre : La Reine de la Nuit »

  1. Je découvre votre site et le trouve bien sympathique. C’est rare les lecteurs qui y « reviennent » par écrit et encore plus rares ceux qui en font profiter les autres!

  2. héhé

    Gérard, MioModus et Charles L. ravie de vos visites. Merci pour le qualificatif « sympathique »… j’essaie, dans la mesure du possible! Du plaisir avant tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.