Chronique film : Eldorado

de Bouli Lanners.

IMG_9428_800

Yvan retape et revend de belles cylindrées ricaines. Elie, junky sur le retour essaie de cambrioler Yvan, mais se fait choper la main dans le sac. Commence alors un road movie belge.

Eldorado débute un tout petit peu mollement, c’est gentiment drôle et décalé, les couleurs sont un peu criardes. Et puis, surgit sur la route des deux « héros », le personnage d’un papy inquiétant qui collectionne les voitures responsables d’accidents ayant entraîné la mort. Et là ça démarre. Le film devient méchamment drôle, absurde et décalé, grâce à des situations impossible, des personnages taciturnes et une caméra intelligente. La visite aux parents d’Elie est scotchante d’émotion pudique, après tant de drôlerie. En deux secondes on passe du rire aux larmes, avec une formidable utilisation du double hors-champ  (je me comprends). C’est vraiment beau. Beau parce que sans mièvrerie.

Le fond humain et social est très sombre, les personnages sont humainement et socialement marqués, cette escapade est une parenthèse dans leur vie, qu’ils vont retrouver à la fin. Chacun de leur côté, chacun dans leur merde : le film ne se termine pas sur un happy-end, et c’est son grand mérite. Les acteurs sont formidables, des tronches pas poss’, avec des jeux en retrait assez beaux, qui tranchent avec ce qu’on peut voir d’habitude. Ces vies minuscules sont filmées somptueusement en cinémascope, Eldorado s’intitule le film, titre dérisoire pour des vies dérisoires. Mais des vies quand même. La campagne belge est belle et bien filmée, c’est simple, c’est aussi (presque) aussi beau que sur les photographies d’Olivier Cornelis. Le tout est servie par une musique absolument formidable

, et Bouli Lanners a su achever son film pile-poil au bon moment.

Un très beau film belge, qui vient nous rappeler que l’avenir du cinéma francophone ne viendra pas forcément (que de) France.

Une réflexion sur « Chronique film : Eldorado »

  1. Eldorado se visionne en France ? Si, oui, j’y cours !
    Aaaah Bouli ! Je me souviens de ses petites apparitions dans les SNULS !
    Belge je suis, Belge je resterai !

    Posté par Stéphanie, 29 juin 2008 à 23:41
    Contente que le film t’ai plu, Miss. Je l’ai vu il y a quelques semaines et j’ai comme toi beaucoup aimé, ri et pleuré aux mêmes moments !

    Posté par Stéph (l’autre), 30 juin 2008 à 08:18
    je l ai aimé aussi beaucoup ce film! suis aussi passée du rire aux larmes, touchée par l ame humaine, étalée la sans fioritues!!!

    Posté par elaine, 30 juin 2008 à 08:37
    hey.. ça faisait un bail que j’étais pas allée au cinoch !!! et hier je suis allée voir ce film moi aussi
    on est toujours sur la même longueur d’onde ) j’suis du même avis que toi !

    Posté par nath, 30 juin 2008 à 20:17
    Un jour prochain peut-être j’arriverai à passer la porte d’un ciné… Dans mes rêves sûrement Merci de me les faire entrevoir…

    Posté par Laetirature, 30 juin 2008 à 22:47
    ELDORADO

    Stéphanie : absolument, puisque je l’ai vu Cours y cours y !

    Steph : ouais mais c’est pas non plus top optimiste, et c’est ça qui est beau (tu l’as vu avec Olico ?)

    Elaine : tu as bien résumé !

    Nath : tu sais, les grands esprits, on dit…

    Laetirature : y’a l’option dvd aussi… mais moi mon plaisir, c’est vrai que ce sont les fauteuils de velours rouge

    Posté par Anne, 01 juillet 2008 à 22:52

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.