Chronique film : La fille du RER

d’André Téchiné.

Toi aussi, joue : clique sur le morveux pour le faire tomber.

Voilà, c’est re-re-reconfirmé, Téchiné est bien le plus moderne des cinéastes français. Après les magnifiques Témoins, il filme un autre film complètement générationnel avec la Fille du RER. Prenant pour point de départ un fait divers (une jeune femme avait menti en affirmant avoir été victime d’une agression anti-sémite dans un RER), Téchiné s’intéresse en fait beaucoup plus au contexte, qu’au fait-divers. Jeanne est au chômage, elle habite en banlieue parisienne avec sa mère qui, pour arrondir ses fins de mois de veuve de militaire garde des enfants. Jeanne aime faire du roller, surtout avec la musique à fond sur les oreilles. Elle a fait des études de secrétaire, mais sa recherche de taf semble assez superficielle et les fautes d’orthographe de son CV ne plaident pas forcément en sa faveur. Jeanne est jolie, menteuse, soumise et à peu près aussi vide qu’une boîte de chocolats après Pâques. Quand elle tombe amoureuse d’un gars pas très net, elle ne se pose aucune question, acquiesce à tout avec une naïveté déconcertante.

Ce n’est clairement pas le fait-divers qui a passionné Téchiné, le déplaçant au dernier tiers du film, et en dénouant le « mystère » de manière très expéditive. C’est plutôt le portrait de Jeanne, de son comportement  comme un symbole d’une génération déconnectée du monde réel. Du passé lourd de sa famille (un père militaire, une mère trop belle) ancrée profondément dans la réalité (le père est mort, la mère doit garder des enfants dans son pavillon de banlieue pour arrondir sa retraite et entretenirJ eanne qui ne travaille pas), est née une fille qui n’appréhende un monde biaisé qu’au travers d’écrans (télé, ordi), mais préfère s’en couper quand elle y est immergé (le baladeur mp 3 vissé aux oreilles, la retraite avec son mec dans un garage vide).

Cette incapacité a être dans le monde, dans la vie, c’est aussi une incapacité à être maîtresse de sa vie. Et c’est sans doute plus pour réussir enfin à prendre le contrôle de quelque chose plutôt que pour attirer l’attention sur elle que Jeanne invente cette incongrue et vite démontée histoire d’agression. Le film n’est pourtant en aucun cas moralisateur ou passéiste, c’est un simple constat du monde dans lequel nous vivons. Jamais Téchiné ne porte un regard méprisant sur Jeanne, mais plutôt, il l’accompagne, il la rend parfaitement humaine, tourbillonne avec elle, il la comprend, il l’aime. Emilie Dequenne est absolument parfaite tour à tour rayonnante, fragile et opaque.

Sa crinière rousse au vent, volant sur ses rollers, elle restera l’image d’un film rapide, intense, passionnant. C’est beau.

5 réflexions au sujet de « Chronique film : La fille du RER »

Répondre à Xiao Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.