Chronique film : Vengeance

de Johnnie To.


Plus beaucoup de tête, mais des grosses couilles.
C’est tout ce qu’il faut à Costello.
Pour agrandir, clique où tu imagines.

Pas de doute, Vengeance est 2000 fois plus drôle que Good Morning England, et ça, probablement sans le faire exprès. C’est balèze. Séance privée dans une salle immense, je pouvais me bidonner à volonté, c’était parfait. Sauf pour le cinéma qui devait bien se mordre les doigts d’avoir programmé le film qui attire visiblement peu les foules. Bref.

A Macau, une famille mixte (la femme est française et le mari chinois) se fait canarder avec leur enfants par des tueurs mystérieux. Sur son lit d’hôpital, la femme demande à son père de la venger. Le père c’est Hallyday. Français perdu dans Macau , il engage des tueurs croisés par un hasard tout à fait heureux pour retrouver les vilains méchants et les buter comme il se doit. Manque de bol, le papa gâteau perd la mémoire, du coup, c’est pas de la boule coco.

Je crois que vous l’avez compris, il serait vain de chercher quelque chose de très réaliste dans ce scénario rocambolesque, et c’est de plus en plus rocambolesque au fur et à mesure que le film se déroule. Bon, objectivement on s’en fout un peu que les revolvers puissent tirer 220 000 balles avec le même chargeur, et que les personnages soient touchés 40 fois avant de chanceler. Mais il faut avouer que c’est très drôle et j’ose espérer que le côté parodique est vraiment assumé par To. Je pense notamment à cette « bataille » finale, dans une décharge, hommage évident aux westerns de Leone, à ces multiples scènes d’action dans lesquels les héros prennent le temps de se faire une bouffe ou de se fumer une clope.

Reste que la mise en scène est très classieuse, avec quelques morceaux de bravoures qui font sautiller de joie dans son siège : une fusillade au clair de lune, un Johnny tout perdu sur une plage, entouré d’enfants, ou une cravate qui se soulève dans le vent dénonçant le vilain méchant. Parlons-en de Johnny d’ailleurs. Il oscille entre ridicule et belle présence : pas bon quand il a des lignes de textes (surtout en français, en anglais, la maladresse passe plutôt mieux), ou quand il boit à la bouteille avec ses grosses gonflées pas très naturellement, plutôt meilleur quand To en fait une silhouette, un archétype du film noir, et franchement émouvant dans la dernière scène avec son grand rire, le premier du film. Il est finalement à l’image du film : un truc assez inclassable, mélange de polar de bonne tenue, de western urbain et de série Z Hong-Kongaise.

Du pur divertissement, qui réussit bien son coup.

8 réflexions au sujet de « Chronique film : Vengeance »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.