Chronique livre : La joueuse de go

de Shan Sa.

Je suis sûre qu’elle aime les fleurs, la petite joueuse de go…
ok ça n’a pas de rapport, mais clique sur l’image quand même.

La Mandchourie occupée par les japonais, une jeune chinoise folle de go, et un soldat japonais traditionaliste : leurs histoires sont racontées en parallèle pour finalement se croiser.

Il faut reconnaître à la Joueuse de Go une implacable efficacité : les très courts chapitres de 2-3 pages chaque fois s’enchaînent avec rapidité, et il est difficile de stopper la lecture, victime que j’ai été du syndrome du « oh, ben je peux bien en lire encore un (de chapitre) ». L’intérêt est maintenu par un thème toujours titillant : la naissance du désir chez une adolescente, et son passage à l’âge adulte. Le contexte historique semble bien documenté et contribue a bien faire tenir l’ensemble.

A part ça, pas grand chose. Le petit style qu’on croit déceler dans les premiers chapitres s’évapore petit à petit au cours du récit et l’histoire se termine de manière finalement assez attendue. Du romantisme sur fond de guerre, ça c’est déjà fait, et ça ne fait pas spécialement bondir mon petit cœur. Vite lu, vite oublié ?

3 réflexions au sujet de « Chronique livre : La joueuse de go »

  1. pour toi qui es une lectrice assidue, un petit article passionnant
    http://www.voir.ca/blogs/nicolas_dickner/archive/2008/11/26/courber-le-temps.aspx
    Pour te le mettre en bouche
    « De nos jours (me suis-je mis à réfléchir tout haut, en tétant mon café tiède), la plupart des objets culturels sont intégrés dans une approche multitâche. Autrement dit, on peut écouter de la musique en lavant la vaisselle, visionner un film en bavardant avec son voisin ou lire huit sites Web en simultanée.

    Le livre, en revanche, demeure l’un des seuls objets culturels qui exigent de tout arrêter. Pour exister, il nécessite une attention exclusive. Impossible de lire un bouquin en pensant à autre chose.

    Dans un monde multitâche, consacrer tout son temps à une seule activité revient à perdre son temps – ce qui explique sans doute en partie pourquoi on lit moins de livres qu’auparavant. L’intérêt du livre se trouve pourtant là: il exige certes plus d’effort, mais il dilate les heures.

    Le livre est, en somme, une machine à courber le temps. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.