Chronique livre : Le Mec de la tombe d’à côté

de Katarina Mazetti.

La couleur, même là où on ne l’attend pas. Clique.

C’est toujours délicat quand on vous prête un bouquin de devoir le critiquer ensuite : si l’intérêt n’y est pas, en dire du mal peut blesser la personne qui vous l’a conseillé avec grand enthousiasme. C’est ce que je craignais avec ce livre dont le quatrième de couverture m’a fait frissonner d’angoisse : une sorte de romance sur fond de « l’Amour est dans le pré ». Hiiii.

Et pourtant. Katarina Mazetti sait y faire la bougresse pour réussir à maintenir son histoire gnangnan hors de la noyade. Par un tour de force assez miraculeux, l’histoire d’amour entre une diaphane bibliothécaire intello et un fermier rustaud tient vraiment bien la route. Et on se demande comment. Usant sur la forme d’un procédé littéraire quasiment infaillible en ce qui concerne le maintien de l’attention du lecteur (des chapitres courts exposant tour à tour l’histoire vue sous deux angles différents), Mazetti compose des personnages profondément humains, qui parviennent à échapper à la caricature derrière leurs stéréotypes. Il y a quelque chose de terriblement noir et cassé dans ces êtres, quelque chose qui a avoir avec la fatalité : un amour inconditionnel et pourtant inéluctablement impossible. Impossible compte-tenu de leur éducation, de la pression sociale, l’amour de ces deux-là est chimique, hormonal, viscéral, deux morceaux qui s’emboîtent pour deux mondes qui ne peuvent pas se rejoindre. Mazetti réussit également dans la composition des personnages secondaires, notamment la collègue de l’héroïne qui « collectionne » les vies des autres, et leur « emprunte » à l’occasion, ou dans son opposé, Martha, femme réduite en miettes parce qu’elle a voulu y croire.

Un très joli moment que ce roman. Sand doute vite oublié, mais beaucoup plus sensible et intelligent que son titre ne le laissait supposer. Ca réveille les papillons dans le ventre.

4 réflexions au sujet de « Chronique livre : Le Mec de la tombe d’à côté »

  1. Le mec

    Pas à pas : pas sûre de comprendre ce que vous me dites là… J’ai vu le petit mot chez vous. Je n’irai pas jusqu’au chef d’oeuvre, mais oui, c’est très bien fichu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.