Chronique livre : A l’épreuve de la faim – Journal d’une île froide

de Frederick Exley.

A l'épreuve de la soifJ’ai bien cru que ce livre allait m’achever avant que je ne l’achève, mais non, la bête est solide. Dans A l’épreuve de la faim, au magnifique sous-titre Journal d’une île froide, on retrouve Frederick Exley, auteur et personnage du très beau Dernier Stade de la Soif, livre qui m’avait fait découvrir à la fois cet auteur décalé et touchant, mais également les indispensables éditions Monsieur Toussaint Louverture.

A l’épreuve de la faim a été écrit par un Exley de plus en plus imbibé, quelques années après Le dernier stade de la soif. Mais le livre, visiblement fabriqué de manière décousue, peine à conquérir une quelconque cohérence, et le lecteur se trouve perdu et dans le temps et dans l’espace. L’auteur accumule les anecdotes, dont beaucoup sont assez obscures pour des non-spécialistes de l’histoire et la culture ricaine. L’éditeur s’est d’ailleurs vu obligé de multiplier les notes de bas de pages pour rendre tout ça un peu moins opaque, et ce n’est jamais très bon signe.

Il y a bien sûr encore quelques pages sublimes et fulgurantes dans lesquelles on retrouve le pathétique et magnifique Exley, son style un peu prout-prout au service de scènes plus scabreuses les unes que les autres, son sens de l’auto-apitoiement d’une lucidité mordante. Il y a également vers la fin des pages très touchantes sur le rapport qu’entretient l’auteur avec son “île”, attachement viscéral à un monde pourtant déjà condamné.

Mais globalement, A l’épreuve de la faim est tout de même une vraie déception qui sent un peu le fond de tiroir. Et ça me désole au plus haut point.

Ed. Monsieur Toussaint Louverture
Trad. Emmanuelle et Philippe Aronso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.