Chronique livre : Symphonie fiduciaire & autres nouvelles

de Nicolas Gracias.

symphoniefiduciaireUn gardien de phare se trouve prisonnier du temps, la vie d’un homme est chamboulée par une rencontre littéraire, le virus du doute infecte soudain un journaliste crâneur, d’autres personnages encore sont aspirés par une matrice informatique. Les nouvelles de Nicolas Gracias décrivent un basculement dans la vie de ses personnages, une inflexion souvent définitive et fantastique qui les éloigne d’eux-mêmes et disloque leur intégrité, quelle soit physique ou mentale.

Il faut reconnaître à l’auteur une imagination vive mais cependant bien canalisée et pas mal de savoir faire. Ses récits sont concis, construits, progressifs, souvent intrigants. On sent derrière tout ça que l’auteur à lu les bons livres, de Poe à Maupassant, en passant par Gautier et sans doute peut-être même éventuellement Krzyzanowski. Le petit plus c’est cette volonté de parfois faire rentrer le monde moderne dans ses récits (informatique, finance etc…) et d’entamer une ébauche de réflexion sur les conséquences des évolutions technologiques sur l’intégrité physique et mentale des individus.

Le petit moins, c’est que l’écriture ne suit pas : elle est par trop classique. C’est propre et léché mais clairement pas très moderne. On pourrait y lire la volonté de l’auteur de rendre hommage aux maîtres du genre du XIXème siècle. Mais le lecteur reste un peu sur sa faim, regrettant que ces histoires, globalement très honnêtes, ne soient pas secouées par une écriture plus punchy et audacieuse.

Symphonie fiduciaire (honnêtement je ne pensais pas devoir écrire ce mot un jour) est un recueil de nouvelles fantastiques à l’ancienne qui ne manque pas de qualités. Il ravira les aficionados de la nouvelle fantastique, sans combler totalement les amoureux de littérature.

Ed. Xenia
Coll. Iréniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.