Chronique film : There will be blood

de Paul Thomas Anderson.

Qu’on aime ou pas, voilà un film qui force le respect tant il va au bout de son propos, sans peur de l’extrême. Il n’est pas ici question de l’odyssée du pétrole, comme je le pensais en entrant dans la salle. Le propos est à la fois plus intime : l’itinéraire d’un homme ambitieux, misanthrope et plongeant peu à peu dans la folie, et plus vaste : une métaphore des fondements de l’Amérique, l’amour du pouvoir, de l’écrasement de l’autre par le fric ou par la religion.

Le début est littéralement bluffant, au moins 15 minutes sans une parole prononcée à chercher des cailloux dans le ventre de la terre. Pas de lumière, pas d’action. Un grand moment de rien. Ça se tortillait gentiment dans la salle, visiblement, on était là pour voir Daniel Day Lewis faire son show. Le reste du film est une longue attente : on travaille dans les profondeurs de la terre, puis on remonte (si jamais on ne se reçoit pas un godet sur la tronche) dans le désert cramé, et on attend que ça jaillisse. On cherche alors un terrain plus grand, on essaie de convaincre les locaux de vendre, on fore, on creuse, et on attend. De temps en temps un accident, mais, après tout, la vie continue.

On assiste donc au portrait d’un homme opaque, dont on ne connaîtra pas les motivations, ou alors de manière partielle. C’est assez étrange cette façon de passer tout le film dans l’expectative, la curiosité, le cul entre deux chaises, ce n’est en aucun cas un film confortable. A la fois fascinant cet homme, et totalement repoussant. Sa persévérance, sa ruse, force une certaine forme d’admiration, mais elles sont totalement perverties par son cynisme et sa misanthropie. Il ne construit son empire que pour mieux pouvoir rejeter l’humanité dans son entier. Les hommes ne sont que des outils pour lui, qu’il utilise et qu’il jette, notamment l’orphelin qu’il a recueilli et élevé comme son fils, simple pion destiné à attendrir les vendeurs de terrains pétrolifères potentiels.

Alors oui, Daniel Plainview est un personnage totalement extrême, absolument énorme, qui finit en épave dans son immense demeure, affalé dans sa pièce de bowling. Il a réussi à écarter son dernier adversaire, l’ultime quille du jeu, le dernier obstacle de son immense obsession. Daniel Day Lewis en fait mille tonnes, oui, mais seulement dans les 20 dernières minutes du film, quand le personnage est entièrement dévoré par la paranoïa. Le film met à égalité parfaite la soif de pouvoir de l’ « oilman » et du faux prédicateur. Deux facettes d’une même médaille, même cynisme, même but, mais des moyens différents pour y parvenir.

Absolument renversante, la musique du film fait grincer des dents. Accords dissonants au violon qui s’étirent pendant des dizaines de minutes sur l’attente brûlante de l’or noir, c’est méchamment couillu, hors-normes et ça a dû faire sauter quelques dentiers (renseignements pris, le compositeur est Jonny Greenwood, guitariste de Radiohead, un peu la grosse classe quand même). Bref, film boursouflé comme disent les Inrocks, certes, on est clairement dans l’excès. La métaphore avec le fonctionnement actuel de l’Amérique est énorme, et ne s’embarrasse pas de délicatesses. Par exemple, le plan sur les deux frères assis sur la plage est extraordinaire : le cadet raté, la tête penchée dans l’ombre, et l’aîné qui a réussi au soleil. L’aîné se lève, sort du cadre. Le cadet lève la tête qui se retrouve en pleine lumière. Concurrence évidente du petit frère. La réaction de Daniel Plainview sera immédiate.

On est dans le symbolisme appuyé, mais évident, et ça fonctionne à merveille. Anderson va au bout de son concept, allonge les plans d’attente au maximum (on regarde flamber un puits de pétrole pendant 10 bonnes minutes), réduit l’action au strict nécessaire. Inconfortable et fascinant.

13 réflexions au sujet de « Chronique film : There will be blood »

  1. Le plein siou plaît !

    Une chronique hors norme pour cet or noir j’aime bien Daniel Day Lewis, j’aurai bien voulu aller voir ce film, il est peut-être encore temps… je vais vérifier de suite…

  2. Lâchage.

    Philippe : oui je me suis un peu lachée c’est vrai. Ca le mérite ! Tu verras, la prochaine est beaucoup plus courte, et moins… enfin tu verras.

    Didier : moi je crois que je me sentirai jamais d’attaque pour aller voir les ch’tis.

    Phaeton : j’ai pas cité ton mal de fesses. Pas grave ?

    Laetirature : ça me semble un très bon résumé ! Merci

  3. Pas si nul?

    Didier : ah mais sûrement, n’empêche que j’attends sagement que ça passe à la télé.

    Phaeton : il n’y a pas de superlatif suffisant pour qualifier tes fesses voyons. Mais je peux le clamer haut et fort si tu veux : Phaeton a un fort beau cul qu’il est urgent de découvrir. L’Attraction indubitable toulonnaise. (Je dis ça, mais en même temps, je suis pas vraiment sûre de les avoir vues hors caleçon de bain large…)

  4. Assez parlé ds fesses de Phaéton.
    Je reviens tout juste du ciné et il me semblait bien que tu avais déposé une critique du film.
    Mes impressions ? Je me retrouve dans ta critique, notamment dans cette impression de longueurs parfois dérangeantes, et souvent accentuées par cette musique grinçante, inquietante. Oui, je me retrouve aussi dans ce sentiment de « cul entre deux chaises », où la suite des evenements est parfois peu préductibles.
    J’ajouterai un truc qui m’a travaillé pendant une partie du film : Je ne connais Paul Dano que par Little Miss Sunshine, tu imagines ma surprise en le voyant interpreter son rôle ici. Ha, ces acteurs, quel talent !

  5. Respect total pour ce texte, miss. Je viens de voir le film, et j’avais du mal à mettre des mots sur mon admiration. Tu le fais à ma place, révérence servile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.