Chronique livre : Par effraction

d’Hélène Frappat.

IMG_2208_pola800

Quelle limite entre curiosité et intrusion ? Clique.

Beau petit objet que ce court texte d’Hélène Frappat. Beau et mystérieux. Difficile en effet d’y voir clair au travers de ces 2 ou 3 récits entrecroisés, parallèles ou imbriqués. Frappat décline son thème de l’effraction, plus précisément l’effraction dans la vie de quelqu’un, sous différentes formes.

Une effraction psychique tout d’abord, avec l’histoire d’une enfant, A., qui a le pouvoir d’entendre ce que pensent les adultes et donc par conséquent d’entrer dans leurs têtes sans qu’ils le sachent. Puis au coeur même de cette première histoire on trouve une digression vers une autre effraction, celle de Sabrina. Enfant pauvre, Sabrina s’introduit chez les parents riches d’une de ses camarades de classe lorsqu’ils sont absents. L’effraction est donc cette fois matérielle, et c’est bizarrement la seule qui provoque une réaction chez les personnes touchées par l’effraction. Les gens se sentent envahis par cette présence de moins en moins discrète (objets déplacés etc…) et agissent en conséquence, en faisant enfermer l’enfant dans une maison de redressement. La dernière effraction est celle de la narratrice (ou plutôt de celui qui lit, puisqu’elle utilise, comme Butor en son temps, le pronom vous) dans la vie d’une jeune fille Aurore, dont elle (dont on) suit la vie depuis sa naissance jusqu’à ses fiançailles, au travers de vidéos super 8 achetées sur le marché aux Puces. Contrairement à ce que j’ai lu ailleurs, je n’ai pas l’impression qu’on sache vraiment si cette Aurore et la petite A. sont deux personnes distinctes ou la même fille.

En utilisant ce pronom « vous » Frappat frappe un grand coup (oh ça va hein), puisqu’elle place le lecteur dans la position du voyeur, de celui qui s’introduit dans la vie de l’autre, dans la tête de l’autre. Cependant cette intrusion a une limite très claire, puisqu’après avoir visionné les bandes, la narratrice refuse de pousser ses investigations pour savoir qui est vraiment Aurore. Pourtant de nombreux indices parsèment le film. Mais la narratrice accepte de s’arrêter à ce que celui ou celle qui a abandonné ces bandes vidéos a accepté de partager. Réflexion sur l’incursion du regard de l’autre dans la vie privée, Par effraction est comme un signal d’alarme aux lecteurs un peu trop curieux, comme un avertissement à ceux qui souhaiteraient aller plus loin que ce qu’on leur donne à voir et à ressentir.

 

Le livre est construit en chapitres très courts et très rythmés. On sent que Frappat maîtrise à perfection la langue française : Par effraction est extrêmement bien écrit. Malheureusement, à force de mystères et de brouillage de pistes, on reste toujours un peu extérieur au dispositif (brillamment intelligent) mis en place, et le roman ne touche pas beaucoup même s’il intrigue férocement. On oubliera très vite par exemple ces séquences de rêverie (?) typographiées en italique, pour retenir le désarroi de la jeune A. face à son encombrant don de lecture dans les pensées, et le sourire immuable de la jeune Aurore sur des bandes super 8 achetée aux Puces. C’est déjà pas mal.

Une réflexion sur « Chronique livre : Par effraction »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.