Chronique film : Jane Eyre

de Cary Fukunaga.

Pas grand chose à dire de cette adaptation de l’inusable roman de Charlotte Brontë. Tout l’intérêt du film réside dans ses deux acteurs, magnifiques et frémissants, la douce et résolue Mia Wasikowska et le brûlant et torturé Michael Fassbender (torride même avec une idiote mèche gras-mouillé sur le front).

La mise en scène de Cary Fukunaga n’a rien de révolutionnaire, mais son académisme sur fond de bruyère et de manoir hanté passe plutôt bien, réussissant à maintenir une assez belle tension. On ne s’ennuie pas, tout ça est très joli, et plutôt mieux, si mes souvenirs sont bons, que la fade version de Zeffirelli. Pour ne rien vous cacher, j’ai pleuré comme un saule, mais j’étais d’humeur pour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.