Chronique théâtre : Roms & Juliette

par le Groupe Petrol*.

roms&julietteAlternance nuit/jour. C’est dans une nuit en chambre que Le Président, son conseiller et sa fiancée Juliette élaborent les discours et les stratégies de demain, alors que le jour révèle les répercussions de ces discours dans une famille lambda.

(…) Des forces de l’ordre en bas âge dont certains étaient handicapés
Ils leur ont tiré de dessus (…)

Le dispositif est simple, et révélateur. Durant ces nuits où le Président peaufine ses discours, dans une ambiance tendue, se mettent en place les leviers du contrôle des masses. Progressivement, le discours se désarticule et se vide de son sens. L’excitation du pouvoir n’a que faire du sens, et ne se préoccupe que des effets. C’est un jeu de manipulation pervers et féroce.

(…),
Une assiette a volé et explosé dans le mur –
Le beau mur lissé avec soin est à présent
Blessé du schrapnel de la peur de ma mère,
(…)

Durant la journée, une jeune fille essaie de faire entendre raison à ses parents, imbibés des discours haineux envers telle ou telle minorité, dans une quête perpétuelle du coupable, de l’objet de sacrifice, de celui sur qui l’on peut faire porter son propre malheur. Elle échoue, forcément.

La pièce, écrite à quatre, trouve sa cohérence dans son dispositif. Le texte lui-même souffre par moments d’une certaine hétérogénéité stylistique et conceptuelle. Cependant, Roms & Juliette parvient, par sa forme courte, sa force littéraire, son humour féroce, tragique, dévastateur et outré (même si pas tant que ça), à révéler l’intime mariage entre politique et langage.

Ed. Editions Théâtrales

Le Groupe Petrol* : Lancelot Hamelin, Sylvain Levey, Philippe Malone et Michel Simonot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.