Chronique livre : Last love parade

de Marco Mancassola.

Le dernier grand récit, celui du plaisir, approche de son crépuscule.(…) La rave numérique en lieu et place de celle des corps.

lastloveparade2A l’origine, c’est l’histoire d’un malentendu. Parce que vous voyez, musicalement parlant je suis plutôt du genre éclectique. Mais s’il y a quelque chose qui, non seulement me passe au dessus de la tête, mais qui aurait tendance à me pousser à m’abonner à Boules Quiès mag’, c’est bien la dance, la techno, tout ce fatras de synthés et boîtes à rythmes auquel, soyons honnêtes, je n’y comprends nib.

Un malentendu donc, puisque j’ai acheté ce livre sur le nom de son auteur sans trop me soucier de son contenu. Et pourtant. Loin de fermer l’ouvrage dès la première page et la contemplation de ma monumentale bourde, j’ai persévéré. Remarquez bien que je n’ai pas eu trop à me forcer. Nom de Zeus, mais qu’est-ce qu’il écrit bien ce type (et mention spéciale au traducteur). Mais que c’est beau, et intelligent.

Last love parade, c’est donc à la fois un essai sur l’histoire des musiques électroniques et de phénomènes culturels associés (rave, clubbing et ecstasy pour être très caricaturale), mais également le récit de la vie de l’auteur, son amitié avec Leo, leurs pérégrinations à travers le monde à la recherche de la fête idéale. L’équilibre entre les deux récits est presque parfait. Mancassola réussit ses aller-retours entre l’observation à distance du phénomène électro et son expérience vécue du phénomène.

Ce qui est tout à fait magistral dans ce livre c’est sa manière incroyable de sentir vivre, vibrer la musique à travers les mots de l’auteur. Que ce soit dans l’analyse de la musique, du phénomène ou dans sa propre vie, l’auteur extirpe les rythmes, fait suer les phrases, magnifie la pureté d’un son, transe la littérature. Qu’on soit sensible ou non à ces sons, à cette culture (oui, parce que c’est vraiment un culture, mea culpa), on est happé par tout ça, on est amené à sentir, à ressentir plus qu’à comprendre. C’est un tour de force sensuel.

Last love parade exsude également une profonde mélancolie. Marco Mancassola replace autant que possible les évolutions des musiques électroniques dans l’Histoire, le contexte économique, social, politique. Le constat final, bien que sans amertume ni passéisme, est plein de nostalgie. Le dernier grand récit, celui du plaisir, approche de son crépuscule, dit-il. Les manifestations collectives de l’exultation des corps disparaissent avec l’avénement du numérique et l’individualisation de la société.

Essai historique, politique et sensoriel, Last love parade m’a fait découvrir un monde, lequel, même si je n’y appartiens pas un brin, mérite qu’on s’intéresse à lui. Intelligent, émouvant et sublimement écrit, ce récit par sa grande liberté intellectuelle et stylistique fait mouche.

C’est alors qu’elle est arrivée… Une vague de silence dense, stupéfait et idéal comme je n’en avais jamais entendu. La stupeur retrouvée du monde. La lumière de l’aube jaillissait, et j’étais un homme de trente-sept ans. Le silence recouvrait tout. C’était un son magnifique.

Ed. La dernière goutte
Trad. Vincent Raynaud

 

Une réflexion au sujet de « Chronique livre : Last love parade »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.