Chronique film : The Queen

de Stephen Frears

Il était temps pour moi de visiter la seule salle de cinéma de Dijon un peu « pointue » (lire : qui passe autre chose que de la VF et des superproductions). Sur un coup de tête, je quitte le boulot et je file au cinéma. Mon choix se porte sur The Queen de Frears. Je n’en ai pas encore entendu causer, je sais vaguement que ça parle de la Reine d’Angleterre, point barre. Mais Frears m’a valu quelques uns de mes plus beaux fous rires de cinéma (Ahhhh The Snapper, The Van), quelques chocs esthétiques (Mary Reilly), quelques bouleversements émotionnels (My Beautiful Laundrette). Le gars n’est pas très facile à cerner, mais son oeuvre est marquée par un beau regard et une grande humanité. Je ne prends donc pas trop de risques. A vrai dire au sortir du film, j’ai trouvé ça sympa, mais voila, maintenant, il me trotte dans la tête.

The Queen commence comme une comédie aigre-douce, personnages proches de la caricature, ou même carrément caricaturaux. Dialogues savoureux (à voir obligatoirement en VO !). Le cadre rigide du protocole royal cache mal la nature de ses protagonistes, marionnettes ou bouffons. De son côté la bande à Tony Blair, est présentée comme une assemblée de jeunes cadres dynamiques aux dents longues, résolument modernes, pas franchement sympathiques non plus. Voir Madame Blair servir du poisson pané à ses mioches dans une cuisine banale, en tablier, est assez surprenant. Je ne connais pas les us et coutumes de la famille Blair, mais j’ai des doutes : je ne pense pas que leur intérieur ressemble à un pavillon de banlieue et que Madame engueule son mari parce qu’il n’a pas fait la vaisselle, mais bon, après tout, je n’en sais rien.

Bref. Le film prend une tournure très différente après la mort de Diana. Tony Blair en profite pour se mettre en avant, tandis que la Reine s’enfouit dans sa résidence secondaire de Balmoral. Pour chacun, cet événement sera un tournant décisif. « Il n’y a jamais eu de précédent » à cet accident, imaginez, une ex-princesse royale qui casse sa pipe, ça ne s’est jamais vu. Tandis que la rancoeur du peuple grandit, envers cette Reine, qui ne veut même pas mettre un drapeau en berne pour leur Princesse de Coeur, c’est tout le monde codifié et rigide de la Reine qui explose, toutes ses certitudes qui volent en éclat. Son seul ami, se révèlera être Tony Blair, qui petit à petit se met à ressentir de l’empathie, et même de la sympathie pour ce personnage écrasé de solitude. Après ses débuts plutôt légers, le film prend un tournant plus tragique, et extrêmement émouvant (oui oui, j’ai même versé ma larme), pas à cause de la mort de Diana, mais pour La Reine, pour nous en fait, et toute personne qui dans sa vie doit affronter une perte de repères et une profonde remise en question (au passage, extraordinaire Helen Mirren, sublime). Ni brûlot pro ou anti-royaliste, Frears ne porte aucun jugement sur un état factuel de la politique anglaise, mais il s’attache à sa protagoniste principale et lui donne une portée universelle. Si c’est pas beau ça !

7 réflexions au sujet de « Chronique film : The Queen »

  1. J’ai vu ce film, moi aussi, et j’ai étais très impressionné par Helen Mirren. Que dire de plus, juste qu’elle est formidable. Il faut voir ce film au moins pour elle.

  2. The Queen Mum

    Lilipuce : merci et ben , alors ça fait quoi de serrer la main à quelqu’un d’aussi prestigieux ?

    Gérard : j’en sais rien, je lis peu « point de vue et images du monde »

    J. : alors ça t’a plu ? Bizzzzzzzzzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.