Chronique film : Fur : un portrait imaginaire de Diane Arbus

de Steven Shainberg

On comprend aisément le fascinant de l’histoire de Diane Arbus, grande photographe du XXème siècle. Née dans les années 20, Diane Arbus, issue d’une « bonne famille », se marie avec un photographe et devient son assistante dévouée. Peu à peu le vernis craque et Diane s’émancipe pour devenir photographe à part entière.

Portraitiste de l’étrange, des géants, aux nains, en passant par les siamoises, bref, toutes sortes de « freaks » (elle avait même le chic pour freakiser les non-freaks), son oeuvre dresse un tableau surprenant et vaguement inquiétant des Etats-Unis dans les années 60. Dépressive, elle se suicide en 1971.


Fur n’est pas un film biographique au sens propre du terme, mais le pari (osé), de reconstituer, à partir de l’univers artistique de Diane Arbus, le passage de la femme au foyer parfaite, à l’artiste émancipée assumant pleinement son attirance pour le hors-norme.

Là où le bât blesse, c’est dans l’interprétation chichiteuse et fadasse de Nicole Kidman : les yeux mentholés en permanence, le souffle bruyant d’émotion dans 95% des scènes, elle est en totale roue libre, et rend peu crédibles les pulsions, exhibitionnistes, sexuelles, masochistes, macabres de cette femme. C’est dommage, le scénario, assez malin, nous donne beaucoup d’éléments pour rentrer dans cet univers, malgré une surenchère d’étrangetés loin d’être nécessaire.

La photo, assez jolie parvient à créer une ambiance agréable à l’oeil, ce qui n’est pas déplaisant. Mais bon, il faut le dire, le film est quand même assez raté, pas assez sombre, un peu superficiel, un peu long… Reste qu’on ne s’ennuie pas, et qu’on en sort avec l’envie d’en connaître un peu plus sur cette étrange artiste. Un bon film du dimanche soir.. tiens, ça tombe bien, on est dimanche soir !

(A voir aussi par tous les compléxés de la pilosité)
(Et oui, messieurs, on la voit à poil)

3 réflexions au sujet de « Chronique film : Fur : un portrait imaginaire de Diane Arbus »

  1. Voilà 5 minutes que je tourne mon cerveau sur la table en essayant d’en sortir une étincelle et malgré cela, je ne comprends toujours pas le choix d’une Nicole « homme enfant » pour l’interprétation d’une artiste fabuleuse…

    Ma nuit est foutue

  2. Homme enfant

    Olico, je viens juste de comprendre ton jeu de mots, trop nulle la fille !
    Bref. Nicole Kidman est une fabuleuse actrice, mais dans ce film elle n’est pas (ou mal) dirigée. Ca aurait pu le faire, je ne pense pas à une erreur de casting, je pense à une erreur de direction. Ceci dit, il y a d’autres zactrices qui auraient pu être très bien dans ce rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.