Chronique film : Le Direktør (Direktøren for det Hele)

de Lars Von Trier

Tout d’abord, rendons à César ce qui est à Shangols : le o barré. Merci à Gols de me l’avoir offert, présent rare et précieux, le ø restera à jamais dans mon cœur. Sans lui, cet article aurait été parsemé de Directobarrér. Shangols, votre auberge est ouverte aux gens sans feu ni lieu, on pourrait l’appeler l’auberge du bon Dieu s’il… oh la je m’égare là.

Revenons à notre Directør. Un acteur raté est engagé par un patron d’entreprise couille-molle pour jouer le rôle du directeur général de la boîte. Voila le début tout simple d’une histoire marrante et grinçante.

Avec le Direktør, Lars Von Trier repousse encore un peu plus loin les limites du dogme. « Abandonnant » le cadrage et le montage à une machine (merci à Shangols pour cette inestimable et primordiale information), la forme est hautement surprenante. On s’y fait bien au final, à ces non-cadres, et ce non-montage, agaçant certes, mais intéressant.

Par contre, côté écriture, là, Lars ne l’a pas abandonné à IBM. Les personnages sont tous excellents (Gols en a fait le catalogue essentiel ). L’acteur, entre Dussollier et Woody Allen, pris en étau entre sa morale et son cabotinage, la DRH qui sait s’y prendre avec les directeurs, la secrétaire terrorisée par son photocopieur, le traducteur débitant des saloperies avec un flegme exemplaire (dont le « Putains de danois », en direct du Kingdom Hospital)… ils sont tous excellemment écrits et excellemment joués, c’est « que du bonheur » comme on dirait à la télé. Grøsse cømédie très finaude, je vous conseille d’aller lire la brillante critique shangolienne ici, parce que j’ai un sacré coup de flemme pour blablater ce soir !

PS : Gols, j’en ai fait suffisamment ? ça te va ? j’aurai droit à mon susucre ? (j’aurais p’tet dû être DRH moi…)

4 réflexions au sujet de « Chronique film : Le Direktør (Direktøren for det Hele) »

  1. Mea Culpa

    Gols, oui, tu as raison, j’y suis allée un peu léger… Je ferai bien la prochaine fois. Un ¥ ? mais tu te rends compte que tu combles tous mes désirs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.