Chronique livre : L’usage du monde

de Nicolas Bouvier.

rails
Plus de profondeur, clic rail.

Si l’été fût riche en clichés photographiques, il le fût beaucoup moins en lectures. Outre le très beau Guide Bleu consacré à Rome, un seul roman m’a poursuivi pendant un mois. Ça ne tombait pas si mal compte-tenu du sujet de l’ouvrage. L’usage du monde est un livre de voyage, mais un voyage qui prend son temps, suit le rythme de la vie et des saisons. Dans les années 50, Nicolas Bouvier, écrivain et son ami peintre Thierry Vernet sont partis en quête de l’Orient mystérieux.

Dans ce voyage, ce n’est pas vraiment la destination qui importe, mais surtout la manière de l’atteindre. Le voyage prend ses lettres de noblesse, jalonné de détours, d’arrêts plus ou moins longs, plus ou moins consentis, mais rarement prévus. « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait. » L’usage du monde est contenu en entier dans ces phrases. Loin d’un parcours de santé, c’est l’occasion de rencontres, de solitudes, de maladies, de découvertes.

Les arrêts sont parfois très courts, et l’écriture étant très riche, on finit par être un peu perdu. Le début du roman est en cela un peu confus, et il faut attendre que les deux compères s’arrêtent pour l’hiver dans la ville de Tabriz pour que l’ouvrage atteigne une belle ampleur. Petites scènes, éléments d’ambiance, personnages croisés se côtoient au sein d’une écriture magnifique qui a tout compris de la vie. Le regard est léger et profond à la fois, les voyageurs sachant rester modestement à leur place d’étrangers, sans asséner de vérités idiotes sur les lieux qu’ils croisent ou occupent, sans porter de jugement. Un profond respect pour ces différentes cultures émane du livre. C’est ça qui est assz magnifique dans ce bouquin : à la fois immense dans son talent d’écrivain, de croqueur de scènes, dans son sens de l’observation et de la formule, Nicolas Bouvier est incroyablement modeste dans sa démarche, à la fois de voyageur et d’écrivain, se mettant toujours en retrait fasse aux lieux, aux personnes et à l’action.

Il termine d’ailleurs son livre par ces propos « Ce jour-là, j’ai bien cru tenir quelque chose et que ma vie s’en trouverait changée. Mais rien de cette nature n’est définitivement acquis. Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire, et vous replace devant ce vide qu’on porte en soi, devant cette espèce d’insuffisance centrale de l’âme qu’il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui, paradoxalement, est peut-être notre moteur le plus sûr. » Devant tant de talent et de modestie, on ne peut que s’incliner très bas. Respect total.

Une réflexion sur « Chronique livre : L’usage du monde »

  1. Ah! là touché coulé. Bouvier est l’un de mes auteurs de chevet.Son écriture est superbe et tu en parles à merveille. Connais-tu du même auteur « Le poisson-scorpion » ?

    Posté par Still, 15 septembre 2008 à 21:35
     » Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs  » j’adore cette phrase. bon j’attaque ta photo à bidouiller, je sais Anne je suis lent !

    Posté par Gérard Méry, 15 septembre 2008 à 22:16
    …j’aime beaucoup cette photo qui donne bien l’idée du voyage.. l’odeur du voyage…

    Posté par Francesco, 16 septembre 2008 à 08:42
    J’ai du le lire au moins 5 fois, ce bouquin est entré en moi maintenant, je crois voir autrement les choses, sans doute ce bouquin m’aura ouvert les yeux, enfin j’sais pas, faudrait que tu lises chauviré.

    Posté par Didier, 16 septembre 2008 à 09:05
    j’aime beaucoup qd tu t’attaques au noir et blanc, en général c’est toujours très réussit

    Posté par piiia, 16 septembre 2008 à 12:09
    Sur ma table de chevet, il attend gentiment son tour….

    Posté par Philippe, 16 septembre 2008 à 16:17
    Que te dire… Je rejoins Still… « L’averse m’a rincé le coeur, elle l’a tordu comme une éponge, alors le seul fait d’être au monde remplissait l’horizon jusqu’aux bords » Extriait du « Printemps kurde » dans « Le dehors et le dedans »… Merci Anne … Bouvier, ce grand nomade capable de saisir la polyphonie du monde…

    Posté par Laetirature, 16 septembre 2008 à 21:09
    BOUVIER.

    Still : contente alors, et merci à la diatoniste qui m’a conseillé ce beau livre

    Gérard : ce qui compte c’est le résultat !

    Francesco : merci bien Francesco et bienvenue ici !

    Didier : et bien dis donc, il y en a des adeptes de ce livre qui trainent ici ! Et moi qui ne connaissais pas avant !

    Piia : merciiii ! c’est curieux, je me sens beaucoup moins à l’aise avec le noir et blanc, et parfois, il s’impose tout seul

    Philippe : bon alors elle avance cette pile ?

    Laetirature : tu en parles très bien dis

    Posté par Anne, 16 septembre 2008 à 21:28
    Un noir et blanc bien contrasté comme je les aime et une belle perspective, très jolie photo!

    Posté par claude, 16 septembre 2008 à 22:38
    oui je l’ai relu encore cet été au long de mon voyage en Asie. Un bonheur inépuisable

    Posté par lasiate, 17 septembre 2008 à 00:11
    j’aime ces photos de rails, superbe!

    Posté par Aurore, 17 septembre 2008 à 05:42
    L’USAGE DU MONDE.

    Claude : merci, ça s’est imposé tout seul

    Lasiate : ah oui, tu dois te sentir concerné par ce bouquin

    Aurore : mille mercis et à bientot j’espère !

    Posté par Anne, 20 septembre 2008 à 22:05

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.