Chronique film : Alice au pays des merveilles

de Tim Burton.

IMG_2193_450

Chapelière folle ? Clique.

Une jolie surprise que cette Alice à la mauvaise presse. Balançant une Alice pâlichonne de 20 ans dans un pays des merveilles dont elle a tout oublié, Burton réussit à imprimer sa marque sans lourdeur au mythe Carrollien. Car c’est une formidable idée d’avoir fait grandir cette Alice, permettant de ne pas essayer de se mesurer à la noirceur enfantine de Lewis Carroll, tout en utilisant son foisonnant univers.

Alice ne se remet pas de son enfance et à bien du mal à la quitter. Son père est mort et faire durer son enfance lui permet de ne pas l’enterrer tout à fait. Arrivée à un tournant de sa vie, le jour de ses fiançailles avec un Lord ridicule, la frêle Alice replonge maladroitement dans le pays des merveilles de son enfance (tout d’abord dénommé par Carrol l’Underland, à la signification beaucoup plus limpide). C’est en replongeant à nouveau dans son enfance, en retombant littéralement en enfance, en retrouvant l’Alice qu’elle était avant, que cette post-ado à la frontière entre deux âges, jamais à la bonne taille, réussit à trouver son chemin. Grande idée, très cinématographique donc que celle de Burton.

Belle réussite aussi que cette galerie de personnages secondaires : Johnny Depp et Helena Bonham Carter, bien évidemment, énormes comme d’habitude, ou encore une impayable Anne Hathaway, qui en seulement quelques minutes compose un personnage de reine blanche totalement hilarant. Chose inhabituelle chez Burton, c’est finale

ment les décors ou encore les personnages entièrement numériques qui surprennent le moins. Rien de rédhibitoire, le film est très joli, l’univers est beau, fouillé, collant parfaitement à l’imagerie Carrollienne (la robe trop grande d’Alice semble même copiée sur celle portée par la « vraie » Alice, Alice Liddell, mais on sent finalement que ce qui a le plus motivé Burton est cette retombée en enfance pour trouver sa voie.

Un moment joyeux, rigolo et coloré. Pas le meilleur des Burton certes, mais sans aucun doute pas la catastrophe annoncée par la presse.

Une réflexion sur « Chronique film : Alice au pays des merveilles »

  1. D’ACCORD AVEC TOI…

    Eté le voir hier soir, d’accord avec toi, pas le plus grand Burton mais un bon moment, bien loin de ce que j’avais pu lire et entendre comme critiques. Démarrage en 3D un peu difficile mais après ça devient chouette. Johnny Depp effectivement énorme et l’actrice principale est également plus qu’à la hauteur.

    Posté par Nico P, 12 avril 2010 à 18:11
    Ah pour une fois que je ne suis d’accord sur aucun point
    Je suis pas rentré dedans une seule seconde. Pour moi la 3D n’ajoute rien (au contraire, je me suis parfois cru dans un film du futuroscope, mais en moins bien fait (en plus les sous-titres se prêtent assez mal à la 3D)). J’ai trouvé les acteurs vraiment limites (peut-être parce qu’il y en a marre de Johnny Depp et d’HBC) et les personnages lisses au possible (trop de numérique, trop de maquillage ?). Je trouve l’univers du film brouillon. Et la danse de Johnny Depp en bout de course révoltante.
    Donc je n’en retiens pas grand chose. A part peut-être que je prendrai un plaisir non dissimulé à revoir l’Alice de Walt Disney, et même Tideland de Terry Gilliam !

    Posté par djiwom, 13 avril 2010 à 11:23
    sur ce film je n’ai pas été convaincu par la 3D. Pas un désastre mais le choix de l’actrice en ado ne tient pas la route. Trop grande pour ce genre de fantasmes et de rêves ( bon je ne suis pas une fille)

    Posté par lasiate, 19 avril 2010 à 02:09
    PRÉCISION

    Précision, quand je parlais de 3D, je parlais de la modélisation. Par contre je n’ai pas vu le film en 3D, mon petit cinéma de quartier n’est pas équipé.

    Et je suis d’accord pour dire que j’avais honte lors de la danse de Johnny Depp !

    Posté par Nico P, 19 avril 2010 à 18:48
    ALICE

    Nico P. : Vi joli film. M’a bien plu, bonne surprise. Pas vu en 3D non plus, je suis un peu vieux jeu je crois. Ca ne me tente pas trop la 3D.

    Djiwom : je pense que la danse était le point obligé signé Disney. Ca m’a fait marrer la façon dont Burton l’expédie genre « je suis obligé mais que ça dure le moins de temps possible ». Et comme j’ai dit au dessus, je n’ai pas vu en 3D, donc pas d’opinion particulière sur la technique.

    Lasiate : ah ? non moins j’ai trouvé ça futé ce choix. Mais effectivement, je suis une fille

    Posté par Anne, 12 mai 2010 à 21:28
    Ah ben moi j’ai bien aimé et je suis allée le voir en 3 D (c’était la 1 ère fois cela dit )Pas le meilleur des Burton oui mais quand même j’ai passé un excellent moment ! inventif original coloré… non non très bien.

    Posté par contini1, 19 mai 2010 à 23:09
    AIMÉ.

    Contini1 : vivi bien aimé aussi, même sans 3D

    Posté par Anne, 22 mai 2010 à 15:32

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.