Chronique livre : The Black Box

de Michael Connelly.

theblackboxNouveau roman mettant en scène le héros fétiche et historique de Connelly, Harry Bosch. L’inspecteur se fait vieux et s’occupe des « cold cases » ou affaires non résolues.

Le recyclage de son héros dans ce département depuis quelques épisodes est un tour plutôt futé qui prend vraiment son sens dans ce livre. Bosch est définitivement un vieil inspecteur vieille école et s’occupe de vieux cas, pendant que sa fille est bien décidée à rentrer dans la police. Ce poste lui permet de déterrer certains dossiers qui le hantent depuis longtemps.

Comme d’habitude chez Connelly, les titres ont un vrai sens et servent de fil conducteur au roman. The black box (la boîte noire) a donc plusieurs sens : le dossier du meurtre qui contient l’élément clé à la résolution de l’enquête, mais également tous les côtés sombres et cachés révélés par l’enquête. La dynamique père/fille impulse du sens et du sang neuf dans la saga Bosch.

La fin de règne du grand Harry approche à grand pas et Connelly sait jouer avec la nostalgie à venir de ses lecteurs. Un intelligent et bon cru connellien, definitly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.