Chronique livre : Atlas des reflets célestes

de Goran Petrović.

Comme la fantaisie était la denrée dont nous disposions en abondance, nous avons décidé de nous opposer au Vide avec la seule chose qui ne risquait pas de nous faire défaut.

atlasdesrefletscelestes800Fantaisie, c’est effectivement le terme qui s’impose à la lecture de cet Atlas des reflets célestes. Goran Petrović ne s’interdit rien et déploie des trésors d’inventivité pour nous raconter cette histoire sans toit ni loi.

Une maison abritant une bande de huit colocataires un peu farfelus. Nos protagonistes décident que tout de même, un toit ce n’est pas pratique pour regarder le ciel. Alors, ni une ni deux, ils l’enlèvent. Ce qui n’est pas sans provoquer quelques désagréments, mais plus que l’eau du ciel, c’est plutôt la salive des voisins qui leur donne du fil à retordre. Voilà le fil de l’histoire, mais qui n’est guère qu’un fil parmi une toile beaucoup plus vaste, un tissage chatoyant, une tapisserie lunaire.

Composé de courts chapitres, agrémenté chacun de la description d’une œuvre d’art réelle ou fictive, il est agréable de se perdre dans cette géographie de l’imaginaire, même si le labyrinthe est parfois particulièrement ramifié. La liberté, l’extravagance, l’originalité de la forme, l’attention à ses personnages qui grandissent, apprennent, franchissent des caps séduisent et touchent le lecteur. Par ailleurs le travail de l’éditeur sur l’objet-livre est tout à fait séduisant, la beauté du papier crème, cette première page rouge, c’est vraiment du bel ouvrage. Une belle découverte donc, la tête dans les nuages.

Ed. Les éditions noir sur blanc
Coll. Notabilia
Trad. Gojko Lukić

Une réflexion au sujet de « Chronique livre : Atlas des reflets célestes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.