Chronique livre : Article 353 du code pénal

de Tanguy Viel.

Chaque fois que je lis Tanguy Viel, je ne peux retenir quelques élans d’admiration pour sa maîtrise stylistique absolue. Il n’y a jamais un mot à côté, tout est d’une précision sans faille. Article 353 du code pénal ne déroge pas à cette règle.

Deux hommes sont sur un bateau, l’un d’eux tombe à l’eau, poussé par l’autre. L’autre, Kermeur se fait arrêter et témoigne devant le juge. Un long « monologue », à la fois intérieur et à destination du juge, dans lequel Kermeur essaie d’expliquer, au plus juste de l’histoire et de ses sentiments, comment il en est arrivé à pousser par dessus bord le dit Lazenec.

Le début est un peu lent, les pièces se mettent en place une par une, constituant les fondations solides d’un récit construit autour du vide. Car l’histoire est celle d’une absence, d’une promesse non tenue, d’un projet immobilier qui ne verra jamais le jour et ruinera Kermeur, mais également toute une commune. C’est donc avec patience que Tanguy Viel met en place son récit, pour finalement révéler avec force la violence passée pendant si longtemps sous silence de la situation, la manière dont se construit la haine (et encore, Kermeur n’est pas vraiment haineux, mais finalement plutôt pragmatique), ou plutôt la réaction inévitable à cette forme de violence sociale, symbolisée par l’arnaqueur Lazenec.  Le récit m’a paru en effet, de part son énormité (l’arnaqueur sévit pendant des années sans que personne n’ose ne serait-ce que soulever le sujet, dépense sans compter l’argent qu’il vole aux villageois crédules, aucun remords de la part de Lazenec, en toutes circonstances, il agit avec l’innocence de l’agneau qui vient de naître) une espèce de miroir de la violence que représente les inégalités sociales et surtout financières (les 8 personnalités les plus riches de la planète détiennent autant que les 50% les plus pauvres, c’est ça non ? Et d’où vient leur argent sinon de l’exploitation des ressources naturelles et du travail d’autrui ?). Je vais sans doute trop loin dans mon interprétation, mais j’ai reçu le livre de cette manière, comment l’injustice sociale est une violence, qui engendre la violence, et quelles armes (peut-être, sans doute… il faut le lire) peuvent rétablir un semblant d’équilibre.

Tout ça est écrit avec la virtuosité taquine et jamais bling-bling de Tanguy Viel, toujours au service de son récit, de ses personnages, de l’humain. Beau et profond.

Ed. Editions de Minuit

Une réflexion sur « Chronique livre : Article 353 du code pénal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.